Imprimer

Démarche RSE et pilotage des actifs immatériels : une opportunité pour les professionnels du chiffre

Écrit par PhC on . Rubrique: Méthodologie

L’Institut Français des Experts-Comptables et des Commissaires aux Comptes (IFEC) et l’Agence LUCIE publient un livre blanc intitulé « La responsabilité sociale d’entreprise est une source de richesse et de performance pour les PME — Ou comment créer de la richesse en alliant la RSE et le pilotage des actifs immatériels ? »


Selon François Jégard, Président de la Commission « Responsabilité Sociale des Entreprises & Innovations » de l’IFEC, «  c’est à l’occasion de la semaine du développement durable d’avril 2012, que nous avons décidé de promouvoir les démarches de RSE auprès des PME et de nos membres. L’IFEC incite fortement les Experts-comptables et Commissaires aux comptes à développer dans leur cabinet et au cœur de leur métier une démarche RSE constructive, pragmatique et raisonnée. »

Livre-blanc-IFEC-fig13

« La somme des bonnes raisons sociales et environnementales qui militent pour une mise en œuvre rapide du développement durable n’est pas encore suffisante malgré son ampleur, » constate Alan Fustec, auteur du Livre blanc. « Mes relations permanentes avec des centaines de PME françaises montrent une prise de conscience encore assez lente. Cela s’explique notamment par la crainte des dirigeants de voir la performance économique de leur entreprise dégradée par l’ajout de nouveaux coûts et de nouvelles contraintes liées à la mise en œuvre de ce que l’on appelle la RSE (Responsabilité Sociale / Sociétale des Entreprises) qui est la déclinaison du développement durable dans le monde marchand. »

« Toutefois, l’Article 225 du grenelle de l’environnement stipule que les entreprises de plus de 500 salariés ou dont le CA est supérieur à 100 M€ ou dont le total bilan est supérieur à 100 M€ doivent produire un rapport annuel de développement durable qui met en évidence leurs impacts sociaux et environnementaux. Ce rapport est exigible selon la taille de l’entreprise en 2012, 2013 ou 2014. En outre, la fiabilité des données présentées dans ce rapport doit être vérifiée par un tiers indépendant.

Il apparaît ici évident que l’Expert-comptable est bien placé pour proposer ses services dans le cadre de la production du rapport RSE. De son côté, le Commissaire aux comptes est naturellement positionné pour procéder aux audits de contenu du rapport.

Je me permets donc ici de formuler, à l’endroit de ces professions, une recommandation très forte : faites de la RSE et du capital immatériel des axes stratégiques de développement de vos organisations ! »

Télécharger le livre blanc

Site web de l’Agence Lucie : www.labellucie.com