Imprimer

Le reporting extra-financier : une opportunité pour l'économie européenne

Écrit par PhC on . Rubrique: Économie

Affirme un groupe d’investisseurs européens et internationaux, comprenant des gestionnaires d'actifs, des fonds de pension et des propriétaires d’actifs, comme suite à la publication de la proposition de directive COM(2013)207.

Eurosif, Eumedion, CDP, BCEI, FEAAF, UNEP-FI, ICGN et IIGCC appuient fortement la proposition de directive de la Commission européenne (1), publiée le 16 avril 2013, qui obligera les grandes entreprises européennes à publier des informations non-financières et des informations relatives à la diversité dans leurs rapports annuels.

Reporting-extra-financier

Le groupe de pression représente plus de 700 investisseurs institutionnels ou financiers, dont une grande partie est basée en Europe, gérant un actif de plus de 65 milliards de milliards d'euros.

L'intérêt des investisseurs pour l’information extra-financière des sociétés est en forte hausse. Fin 2011, les actifs gérés dans le cadre de stratégies d'investissement intégrant l'information non-financière représentaient plus de 10,5 milliards de milliards d’euros (2) dans le monde, dont près des deux tiers sont gérés par des investisseurs européens (3). En outre, ces investisseurs, qui gèrent plus de 65 800 milliards d’euros d’actifs servent de référence aux calculs des données de gestion des gaz à effet de serre et les changements climatiques (4).

Cette croissance est en partie alimentée par les preuves croissantes qu’il existe des liens entre la façon dont une entreprise gère les questions environnementales et sociales et son rendement financier ou la réduction du coût d’accès au capital.

Le projet de directive aidera les investisseurs en rendant l'information disponible plus pertinente sur un grand nombre d'entreprises européennes.

« Il représente donc une étape importante pour les investisseurs européens et internationaux qui recherchent des informations comparables et prospectives sur les risques non-financiers et les opportunités, afin de prendre des décisions d'investissement plus éclairées. S’il n’est pas adopté ce texte rendra les décisions plus difficiles et plus coûteuses pour les investisseurs, et augmentera les risques de nuire à la compétitivité internationale des entreprises européennes, » estiment les signataires.

« En offrant une plus grande flexibilité et en évitant l’obligation d'exigences trop coûteuses pour les entreprises européennes, en particulier, pour les entreprises de tailles petites et moyennes, cette proposition législative ne doit être considérée comme un fardeau, mais au contraire comme  une occasion d'accroître la compétitivité à long terme des entreprises européennes et donc  les perspectives de croissance durable à long terme de l'Europe. »

Les signataires demandent donc instamment au Parlement européen et au Conseil d’adopter la législation proposée par la Commission européenne sans en affaiblir les dispositions.

Télécharger la proposition de directive COM(2013)207 :
http://ec.europa.eu/internal_market/accounting/docs/non-financial-reporting/com_2013_207_fr.pdf

 

(1) COM (2013) 207 modifiant les directives 78/660/CEE et 83/349/CEE
(2) Source : Examen global de l'investissement durable, 2012.
(3) Source : Eurosif, 2012.
(4) Source : Site Web de CDP.